L’édition 2017 de la traditionnelle Fête des Voisins aura lieu le vendredi 19 mai. L’occasion de rencontrer ou de mieux connaître les habitants du même quartier, en partageant un moment convivial. A l’approche de cette manifestation nationale et afin de mieux cerner les relations de voisinage, Immonot.com a mené l’enquête. Voici les enseignements de cette étude, réalisée dans le courant du mois d’avril et à laquelle ont répondu 1 370 personnes.

Les relations de voisinage : peut mieux faire !

Les relations de voisinage : peut mieux faire !, source : Immonot

La Fête des Voisins : un succès mitigé 

Certes l’initiative est bonne. Elle a été lancée en 1999 par l’association Immeubles en Fête et est largement connue du grand public : 95,6% du panel interrogé par Immonot.com affirme connaître le concept de la manifestation. Cependant, pour la majorité des sondés (61,1%), aucune fête n’est organisée dans leur quartier… Pour les autres, l’engouement pour la Fête des Voisins semble mitigé puisque 17,6% d’entre eux s’y rendent seulement s’ils n’ont rien d’autre de programmé, 12,6% refusent d’y mettre les pieds, et à peine 9% y participent chaque année ! 

Néanmoins, la question « Quelle personnalité aimeriez-vous inviter à la fête des voisins si vous le pouviez ? » révèle un fait intéressant : la présence du Maire de la Commune est largement plébiscitée ! Que ce soit le premier adjoint ou un élu local, un représentant de la municipalité serait appréciée par 27% des sondés ayant répondu à la question. Par ailleurs, la bonne humeur et une ambiance festive sont primordiales pour 7% de ce même panel : plusieurs répondants souhaiteraient en effet inviter un groupe de musiciens, un conteur d’histoires locales, un humoriste ou même un artiste de cirque, pour animer ce moment de partage. 

 

Des voisins qui se connaissent assez mal 

Si 55,6% des sondés souhaiteraient mieux connaître leurs voisins, les 44,4% restants n’envisagent pas de resserrer les liens… D’ailleurs, 22% des personnes interrogées ignorent le prénom de leurs voisins ! Pour autant, 36,4% d’entre eux connaissent le prénom de tous leurs voisins et cela dépend (certains oui, certains non) pour 41,6%. 

De façon générale, un certain désintérêt envers les habitants du même quartier semble être de mise pour une bonne partie des personnes interrogées. En effet, les deux tiers du panel (64,3%) reconnaissent échanger de simples banalités avec leurs voisins. Viennent ensuite à égalité (13,2%), les demandes de services et les invitations entre voisins. 

Quant à l’ambiance qui règne dans le quartier, les réponses sont encore une fois clairement tranchées : deux tiers du panel (64,8%) affirment que le calme représente le climat majoritairement présent, et 27,8% ressentent une atmosphère d’indifférence… Le reste des réponses se partagent de façon équivalente entre « la joie » et « la discorde ». 

 

Une entente cordiale 

Les relations de voisinage semblent plutôt au beau fixe, puisque les deux tiers du panel (65,7%) déclarent entretenir des relations cordiales. Les qualificatifs « moyennes » (18,8%) et « très bonnes » (11,6%) arrivent respectivement en seconde et troisième position. Les mauvaises relations de voisinage ne représentent qu’à peine 4% des réponses : un constat rassurant… Un résultat à nuancer, puisque 33% des répondants indiquent avoir déjà eu une dispute avec un voisin ! 

Le trio des tensions cités est, en tête, les bruits de travaux qui sont largement décriés par 27,6% des sondés. Le son assourdissant d’une perceuse dès 8h du matin a en effet de quoi en énerver plus d’un ! En seconde position, ce sont les animaux (22,2%) qui constituent les nuisances les plus désagréables. Quand on sait que près d'un foyer sur deux possède au moins un animal de compagnie en France, ont peut aisément comprendre que les odeurs, aboiements et autres désagréments sont susceptibles de déranger certains habitants. Ensuite viennent les nuisances causées par les fêtes. 

 

À la recherche du voisin idéal 

Les 3 qualités les plus appréciées chez son voisin sont la discrétion (45,4%), la courtoisie (31,1%) et la serviabilité (17%). A l’inverse, le voisin que tout le monde redoute est mal élevé (39,3%), indiscret (25,9%) et collant (14,4%). « Chacun chez soi », telle semble être la devise adoptée par une grande majorité du panel, qui n’aspire pas spécialement à nouer de vraies relations avec ses voisins. 

Se croiser dans le hall de l’immeuble, prendre l’ascenseur ou même échanger quelques mots le long de la clôture de jardin sont les relations de voisinage les plus communes. Pourtant, certains ont fait le choix de développer une réelle solidarité avec leurs voisins, tandis que d’autres préfèrent tout simplement les ignorer… 

 

Source : Immonot.com