Immonot a 50 ans, et envisage déjà les 50 années à venir. Pour cette occasion, ils ont interrogés les Français pour savoir à quoi ressemble leur logement et à quoi rêvent-ils pour l’habitat de demain. Quels sont les critères qu’ils privilégieront ? Plutôt du neuf ou de l’existant, connecté ou durable ? Voici les enseignements de l’enquête menée par Immonot.com.

Le logement d’aujourd’hui et de demain selon les Français

Le logement d’aujourd’hui et de demain selon les Français, source : Immonot

Le logement aujourd’hui, source de bien-être et de sécurité

Les logements étaient-ils mieux il y a 50 ans ? L’enquête révèle que 70.7% des interrogés sont satisfaits de leur logement. Celui-ci est un cocon, source de bien-être (64,5%) et de sécurité (26,8%). Les vieilles pierres font l’unanimité, ils sont 64% à être attirés par les logements existants alors que 36% préfèrent le neuf. Aussi, si les logements neufs semblent moins bien vieillir (77,9%), ils sont mieux agencés (53,7%), et plus confortables (44,7%). Fortement attachés à leur bien, ils sont 54% à ne pas envisager de changer de résidence dans les 5 prochaines années.

 

Et demain ? : lun logement économe en énergie

76,1% des personnes interrogées pensent que le logement s’améliorera dans les 50 prochaines années. Alors que les préoccupations pourraient concerner l’habitat connecté, ils plébiscitent avant tout des critères énergétiques pour l’avenir. Econome en énergie, écologique et modulable sont les 3 critères retenus pour le logement du futur. Plébiscité par les répondants à plus de 87%, les logements de demain doivent être écologiques en utilisant des matériaux non polluants et durables. Les économies d’énergies sont très importantes, puisque 51% des personnes interrogées souhaiteraient que les logements soient alimentés par des panneaux solaires. Quant à l’agencement, le logement devrait pouvoir s’adapter aux cycles de la vie et devenir un espace modulable.

 

Mon logement, mon chez moi

Les sondés sont bien chez eux et ne veulent pas partager leur espace de vie. Ils sont 82,8% à ne pas vouloir partager leur logement ou alors si celui-ci devait l’être que cela soit avec leurs enfants (41,4%) ou leurs petits-enfants (31 %). La famille avant tout. Aussi partager son espace de vie avec une personne âgée ou bien même avec des amis célibataires n’est pas envisagé ou bien peu (28,7% et 25,4% respectivement).

 

En conclusion, les Français sont heureux dans leur logement. Les améliorations à apporter reflètent les préoccupations énergétiques. Le logement doit se transformer pour devenir durable.